• Nous retransmettons ce témoignage d'une spécialiste, merci à nos amis du collectif de Montpellier qui nous l'a envoyé.

    Bonjour,

    Voici ci-après le lien du témoignage sous-titré en français du Dr Sharon Goldberg concernant la 5G devant le parlement du Michigan le 04 octobre 2018 :


    Vous pouvez diffuser comme bon vous semble ce témoignage ainsi que la pétition pour l'arrêt immédiat de toute expérimentation 5G :


    Bien cordialement.

    Le Collectif Stop Linky-5G Montpellier.


    De plus en plus on s'aperçoit des méfaits de ce nouveau mode de communication "toujours plus performant", mais toujours plus dangereux.  Rappelons que les fours à micro-ondes fonctionnent sur la fréquence de 2,45 GHz, la 5G utiliserait différentes plages à partir de 3 GHz jusqu'à 30 GHz, voire plus selon les besoins et occasions.  Plus la fréquence est élevée, plus le risque est grand. C'est d'autant plus pernicieux, que la portée de ces ondes est plus courte, ce qui oblige (?) les opérateurs à multiplier les antennes émettrices. Celles-ci sont aussi très petites, on ne les remarquera même pas.

    L'information récente, faisant état de centaines d'oiseaux et autres animaux tués ou très perturbés à La Haye et ailleurs, peu confirmée (couvercle sur l'info oblige) mais probablement exacte parce qu'elle est logique, incite mal à faire confiance à cette nouvelle sujétion encore une fois imposée sans concertation avec les citoyens.




    Cette vidéo a été sous-titrée en français, cliquer sur l'icône en bas à droite, la plus à gauche, si le sous-titre ne démarre pas automatiquement.

    2 commentaires
  • Avec la 5G nous aurons certainement des ennuis de santé, comme ce Monsieur Firstenberg. A lire ! Reçu de Hélène Fosset, qui l'avait elle-même de Robin des Toits 81. Pour rappel, neuf villes en France vont commencer à se voir déployés des réseaux de ce genre ces jours-ci, si ce n'est pas déjà commencé.

    5G – “FROM BLANKETS TO BULLETS” 
    (traduit par une lectrice nommée Évelyne,
      « 5G - de la couverture au tir ciblé (ou à la cible) »

    par Arthur Firstenberg - 22 janvier 2018 [Réf : document original en anglais]

    Le fait le plus important sur la 5G dont personne ne parle est appelé « phased array » (~ « réseau phasé »).

    NdT : ce qui veut dire utiliser un réseau d’antennes très proches et obtenir un faisceau dirigé comme un projecteur en agissant électroniquement sur les déphasages (décalages temporels) entre les antennes. Voir schéma plus loin.

    Cela changera complètement la façon dont les tours cellulaires et les téléphones cellulaires sont construits et transformera la couverture de rayonnement qui a enveloppé notre monde pendant deux décennies en un million de puissants faisceaux qui nous balayeront à tout moment. Blake Levitt, auteur de Electromagnetic Fields: A Consumer’s Guide to the Issues and How to Protect Ourselves, ouvrage non traduit en français mais dont le titre serait « Champs électromagnétiques: Guide du consommateur sur les enjeux et comment se protéger » (Harcourt Brace, 1995), a attiré mon attention là-dessus. Un ami commun, avec qui je parlais pendant la campagne pour vaincre le décret S.B. 649 en Californie, a transmis un message de Blake: "Les antennes 5G seront des réseaux en phase; Arthur saura ce que cela signifie ". Ce que je fais.

    Les « phased arrays » ont été l'une des premières choses que j'ai apprises au tout début de mon long voyage involontaire d'étudiant en médecine à militant contre la technologie sans fil. Après avoir été blessé par les rayons X en 1980, j'ai commencé à lire tout ce que je pouvais trouver sur le rayonnement électromagnétique et ses effets sur la vie. Et l'un des premiers livres que j'ai lus était The Zapping of America de Paul Brodeur (W.W. Norton, 1977).

    Avertissements précoces

    Brodeur était un rédacteur du journal « New-Yorker » qui avait acheté une propriété à Cape Cod, Massachusetts, pour découvrir qu'à 30 miles à l'intérieur des terres, de l'autre côté de la baie de sa future maison, l'US Air Force prévoyait de construire la station radar la plus puissante du monde. Elle devait scanner l'océan Atlantique en tant qu'élément d'alerte précoce clé nous protégeant contre la menace de missiles balistiques lancés par la mer depuis l'Union Soviétique. Bien qu'elle ait émis à une puissance moyenne de seulement 145 000 watts, semblable à certaines stations de radio FM, elle n'a pas diffusé cette énergie à partir d'une seule antenne et elle n'a pas diffusé cette énergie uniformément dans toutes les directions. Au lieu de cela, il y avait 3 600 antennes disposées en deux "réseaux de phasage" de 1 800 antennes chacun. Les antennes de chaque réseau ont travaillé ensemble pour concentrer toute leur énergie dans un faisceau étroit et orientable électroniquement. Chaque faisceau avait une puissance effective de quatre milliards de watts, et le niveau de rayonnement maximal dépassait 3 watts par mètre carré - la limite de sécurité de la FCC (Federal Communication Commission) aujourd'hui - à une distance de dix miles devant la station radar. L'installation s'appelait « PAVE PAWS » (Precision Acquisition of Vehicle Entry Phased Array Warning System, ou « Système précis de détection d'un véhicule par réseau phasé »).

    Le Département de la Défense a reconnu dans un rapport de 1975, cité par Brodeur, que de tels systèmes «alimentent des milliers d'éléments opérationnels, sont dirigés électroniquement à des vitesses de recherche élevées et fonctionnent sur une gamme de fréquences ayant un transfert maximum d'énergie corporelle à l'homme, et pour lesquelles très peu ou pas de données sur les effets biologiques existent».

    Peu de temps après avoir lu ceci, j'ai découvert de première main quels étaient certains des effets biologiques.

    Tenter de finir ma maîtrise m'a presque coûté la vie. Je me suis effondré un jour avec tous les symptômes d'une crise cardiaque, après quoi j'ai démissionné de l'école et déménagé à Mendocino pour récupérer. J'étais là sur le chemin des PAVE PAWS, celle qui balayait l'océan Pacifique. Cette PAVE PAWS était située à l'est de Mendocino, dans la Central Valley de la Californie, à la base aérienne de Beale. Et pendant neuf mois, tous les soirs à exactement 19 heures, peu importe où j'étais et ce que je faisais, ma poitrine se serrait et je ne pouvais pas reprendre mon souffle pendant les deux heures qui suivaient. A 21 heures précises, mon corps se détendait et je pouvais respirer. J'ai vécu à Mendocino de 1982 à 1984, et même si j'ai finalement récupéré ma santé, j'étais toujours conscient d'une pression inconfortable dans ma poitrine quand j'étais sur la côte. J'ai aussi vécu à Mendocino de 1999 à 2004, et j'ai ressenti le même malaise chaque fois que j'étais là, et j'ai toujours noté qu'il disparaissait soudainement quand je sortais hors de portée de PAVE PAWS, et revenait soudainement lors du retour au même point.


    Faisceaux dirigés


    La 5G va être à une gamme de fréquence beaucoup plus élevée, ce qui signifie que les antennes vont être beaucoup plus petites - assez petites pour tenir dans un smartphone - mais comme dans PAVE PAWS, elles vont travailler ensemble en un phased array, et comme dans PAVE PAWS elles vont concentrer leur énergie dans des faisceaux étroits et orientables de haute puissance. Les réseaux d’antennes vont vous suivre, de sorte que partout où vous êtes, un faisceau de votre smartphone va être directement dirigé vers la station de base la plus proche (= la tour de téléphonie cellulaire), et un faisceau de la station de base va directement être dirigé sur vous.

    Si vous marchez entre le téléphone de quelqu'un et la station de base, les deux faisceaux traverseront votre corps. Le rayon de la tour vous atteindra même si vous êtes près d'un smartphone. Et si vous êtes dans une foule, plusieurs faisceaux se chevaucheront et seront inévitables.

    À l'heure actuelle, les smartphones émettent un maximum d'environ deux watts et fonctionnent généralement à une puissance inférieure à un watt. Cela sera toujours vrai pour les téléphones 5G, mais à l'intérieur d'un téléphone 5G, il peut y avoir 8 rangées de 8 minuscules antennes, toutes travaillant ensemble pour suivre la tour cellulaire la plus proche et la viser avec un faisceau étroitement focalisé. La FCC a récemment adopté des règles autorisant la puissance effective de ces faisceaux jusqu'à 20 watts. Maintenant, si un smartphone portatif envoie un faisceau de 20 watts dans votre corps, il dépassera de loin la limite d'exposition fixée par la FCC. Ce sur quoi la FCC compte, c'est qu'il y aura un blindage métallique entre le côté d'affichage d'un téléphone 5G et le côté avec tous les circuits et les antennes. Ce blindage sera là pour protéger les circuits contre les interférences électroniques qui pourraient être causées par l'affichage et rendre le téléphone inutilisable. Mais il permettra également d'éviter que la plupart des radiations ne se propagent directement dans votre tête ou votre corps. La FCC permet donc aux téléphones 5G d'avoir une puissance rayonnée équivalente à dix fois celle des téléphones 4G. Qu'est-ce que cela va faire aux mains de l'utilisateur, la FCC ne le dit pas. Et qui va s'assurer que lorsque vous mettez un téléphone dans votre poche, le bon côté est face à votre corps? Et qui va protéger toutes les personnes autour de vous contre les radiations qui viendront dans leur direction dix fois plus fort qu'autrefois?

    Et qu'en est-il de tous les autres équipements 5G qui seront installés dans tous vos ordinateurs, appareils ménagers et automobiles? La FCC appelle les téléphones portables «stations mobiles». Les émetteurs dans les voitures sont également des «stations mobiles».


    Mais la FCC a également publié des règles pour ce qu'elle appelle des «stations transportables», qu'elle définit comme des équipements de transmission utilisés dans des emplacements stationnaires et non en mouvement, tels que les hubs locaux pour le haut débit sans fil dans votre maison ou votre entreprise. Les nouvelles règles de la FCC autorisent une puissance apparente rayonnée de 300 watts pour un tel équipement.


    Une puissance énorme


    La situation avec les tours de téléphonie cellulaire est pire. Jusqu'à présent, la FCC a approuvé des bandes de fréquences autour de 24 GHz, 28 GHz, 38 GHz, 39 GHz et 48 GHz pour les stations 5G et propose d'ajouter 32 GHz, 42 GHz, 50 GHz, 71-76 GHz, 81-86 GHz, et au-dessus de 95 GHz à tout cela. Ceux-ci ont de petites longueurs d'onde et nécessitent de minuscules antennes. À 48 GHz, un réseau de 1 024 antennes mesurera seulement 25 centimètres carrés. Et la puissance rayonnée maximale d'une station de base ne sera probablement pas plus grande que quelques centaines de watts. Mais tout comme avec PAVE PAWS, les réseaux contenant un si grand nombre d'antennes seront capables de canaliser l'énergie dans des faisceaux très focalisés, et la puissance apparente rayonnée sera énorme. Les règles adoptées par la FCC permettent à une station de base 5G fonctionnant dans la plage millimétrique d'émettre une puissance apparente rayonnée allant jusqu'à 30 000 watts par 100 MHz de spectre. Et quand vous considérez que certaines des bandes de fréquences que la FCC a mises à disposition permettront aux compagnies de télécommunications d'acheter jusqu'à 3 GHz de spectre contigu aux enchères, elles seront légalement autorisées à émettre une puissance apparente rayonnée allant jusqu'à 900 000 watts si elles possèdent un spectre de fréquences aussi large. Les stations de base émettant à une telle puissance seront situées sur le trottoir. Elles seront de petites structures rectangulaires montées sur des poteaux de services publics.

    La raison pour laquelle les entreprises veulent tellement de puissance est que les ondes millimétriques sont facilement bloquées par des objets et des murs et nécessitent une puissance considérable pour pénétrer dans les bâtiments et communiquer avec tous les appareils que nous possédons et qui feront partie de « l’Internet des Objets » (Internet of Things en anglais, en abrégé IoT). La raison pour laquelle de telles longueurs d'onde minuscules sont nécessaires est due à la nécessité d'une bande passante énorme — une bande passante cent fois supérieure à celle que nous utilisions auparavant — pour avoir des maisons intelligentes, des entreprises intelligentes, des voitures intelligentes et des villes intelligentes, ce qui veut dire relier autant de nos objets, grands et petits, à Internet, et leur faire faire tout ce que nous voulons qu'ils fassent aussi vite que nous le voulons. Plus la fréquence est élevée, plus la bande passante est grande, mais plus les longueurs d’ondes sont petites. Les stations de base doivent être très proches les unes des autres — à 100 mètres l'une de l'autre dans les villes — et elles doivent envoyer leurs signaux à l'intérieur des maisons et des bâtiments. Et la seule façon de le faire économiquement est avec des réseaux échelonnés et des faisceaux focalisés qui visent directement leurs cibles.

    Qu'est-ce qui arrivera aux oiseaux qui volent à travers les faisceaux, la FCC ne le dit pas. Et qu'arrivera-t-il aux travailleurs des services publics qui grimpent sur les poteaux de services publics et travaillent à côté de ces structures tous les jours? Un faisceau de 30 000 watts ferait cuire un œuf ou un œil à une courte distance.

    L'énergie provenant d'une station de base sera répartie entre autant de dispositifs connectés en même temps. Quand beaucoup de gens utilisent leurs téléphones simultanément, le téléphone de tout le monde va ralentir mais la quantité de rayonnement dans chaque faisceau sera moindre. Lorsque vous êtes la seule personne à utiliser votre téléphone, par exemple, tard dans la nuit, votre vitesse de transmission de données sera fulgurante, mais la plupart des radiations de la tour de téléphonie cellulaire seront dirigées vers vous.


    Profonde pénétration des ondes dans le corps


    Un autre fait important sur le rayonnement des antennes à réseau en phase est le suivant: il pénètre beaucoup plus profondément dans le corps humain et les hypothèses sur lesquelles les limites d'exposition de la FCC sont basées ne s'appliquent pas. Cela a été porté à l'attention de tout le monde par Dr. Richard Albanese de la base aérienne de Brooks en liaison avec PAVE PAWS et a été rapporté dans Microwave News en 2002. Lorsqu'un champ électromagnétique ordinaire pénètre dans le corps, il provoque un déplacement de charges et un flux de courant.

    Mais lorsque des impulsions électromagnétiques extrêmement courtes pénètrent dans le corps, il se passe quelque chose d'autre : les charges mobiles elles-mêmes deviennent de petites antennes qui rayonnent le champ électromagnétique et l'envoient plus profondément dans le corps. Ces ondes ré-irradiées sont appelées « précurseurs de Brillouin ». Ils deviennent significatifs lorsque la puissance ou la phase des ondes changent assez rapidement. La 5G satisfera probablement les deux exigences. Cela signifie que l'assurance que nous recevons — que ces ondes millimétriques sont trop courtes pour pénétrer loin dans le corps — n'est pas vraie.

    Aux États-Unis, AT&T, Verizon, Sprint et T-Mobile rivalisent tous pour que des tours, téléphones et autres appareils 5G soient disponibles dans le commerce dès la fin de 2018. AT&T possède déjà des licences expérimentales et a testé la 5G sur les stations de base et l'équipement de l'utilisateur à des fréquences millimétriques à Middletown, New Jersey; Waco, Austin, Dallas, Plano et Grapevine, Texas; Kalamazoo, Michigan; et South Bend, Indiana.

    Verizon a des licences expérimentales et a mené des essais à Houston, Euless et Cypress, au Texas; South Plainfield et Bernardsville, New Jersey; Arlington, Chantilly, Falls Church et Bailey's Crossroads, Virginie; Washington DC; Ann Arbor, Michigan; Brockton et Natick, Massachusetts; Atlanta; et Sacramento.


    Sprint possède des licences expérimentales à Bridgewater, au Nouveau-Brunswick, et à South Plainfield, au New Jersey; et San Diego.


    T-Mobile possède des licences expérimentales à Bellevue et Bothell, Washington; et San Francisco.

    3 commentaires
  • Nous relayons avec plaisir cet article, publié par nos amis du collectif de Montpellier. Il s'agit de la traduction d'un article lancé aux États-Unis contre la 5G.


    <header class="header">

    5G : protestations aux États-Unis.

    Publié le <time data-hover="28 septembre 2018" datetime="2018-09-28T21:33:16+02:00"> 28 septembre 2018 </time> par Stop Linky Montpellier
    </header>
    Aux États-Unis, la FCC (une agence indépendante du gouvernement chargée, entre autres, de réguler les télécommunications) veut supprimer toutes les barrières au niveau local pouvant ralentir le déploiement de cette technologie inutile et nocive
    Cette volonté de la FCC fait évidemment penser à la loi ELAN, adoptée récemment en France, qui enlève tout semblant de contrôle sur l'implantation des antennes-relais en place auparavant.
    Voici la traduction en français d'un article du site activistpost.com qui rend compte de l'importante résistance aux États-Unis face au déploiement en cours de la 5G :
    Conférence des maires des États-Unis : « Nous poursuivrons la Commission Fédérale des Communications (FCC) en justice si elle élimine les contrôles locaux sur le déploiement de la 5G. »
    Les effets malfaisants et orwelliens de la « 5G » suscitent une opposition massive de la population. Dernièrement, une alliance de plus de 300 maires a déclaré qu'elle poursuivrait en justice la FCC si celle-ci continuait à prévoir d'installer la 5G de force dans les villes qui la refusaient.

    D'après la revue pro-industrie, Smart Cities Dive :
    - La Conférence des maires des États-Unis (U.S. Conference of Mayors – USCM) a déclaré dans un communiqué qu'elle poursuivrait la FCC en justice si celle-ci ne modifiait pas son projet de passer outre le contrôle local, dans l'optique de faciliter l'installation de l'infrastructure sans fil de la 5G .

    - La National Association of Counties (Association Nationale des Comtés) s'oppose également au projet, en déclarant à POLITICO (Revue en ligne aux États-Unis) que cela « empêcherait effectivement les gouvernements locaux d'examiner dûment l'impact que la construction, la modification ou l'installation d'appareils radiodiffusion pourrait avoir sur la santé, la sécurité et le bien être public de la communauté locale. »

    - La proposition du Commissaire de la FCC, M. Brendan Carr interdirait les lois municipales interdisant le déploiement des petites cellules de 5G et établirait des dates butoir pour que les municipalités approuvent ou non les demandes d'installer ces petites cellules ou d'ériger de nouveaux poteaux. Le vote de ce projet est prévu le 26 septembre.

    Le  Dive  a publié des articles au sujet de citoyens pas vraiment favorables à la technologie 5G aussi appelée « Smart Cities ». Cependant, la revue est toujours pro-industrie. Tenez cela en compte lorsque vous lisez leurs articles.

    Bien sûr, la plupart des articles - mais pas tous - publiés dans des revues pro-industrie seront pro-technologie tous azimuts. Et quelques uns - mais pas tous - publiés dans la presse grand public comportent des informations erronées au sujet des dommages causés par l'exposition à cette technologie.

    Cependant, des décennies de recherche ont montré que l'exposition aux tours de stations cellulaires, à toutes les sources de téléphonie cellulaire et à la radiation sans fil peut causer des dommages et pas seulement le risque de cancer. C'est pourquoi il existe un nombre de plus en plus grand d'enfants étasuniens, adolescents, docteurs, organisations environnementales, pompiers, organisations municipales, groupes de tribus et autres qui se plaignent vivement de n’avoir aucun contrôle sur l’installation d'infrastructures sans fil à côté de leurs maisons et partout dans leur communautés. Ils ne reculent pas. Une municipalité a voté un « décret d'urgence » après avoir reçu 145 lettres de citoyens inquiétés par de nouvelles tours 5G.
    La FCC n'est pas une organisation de protection de la santé ou de l'environnement. Cependant, son rôle est de réguler l'industrie des télécoms (aussi appelée « Big Wireless », les « Géants du Sans Fil »). Elle est censée protéger le public et ne le fait pas. Ce n'est d'ailleurs pas nouveau.

    La revue en ligne Activist Post a couvert les manigances de FCC plusieurs fois. L'actuel Commissaire de FCC, M. Brendan Carr, actuel PDG Ajit Pai, et l'ancien PDG de FCC, Tom Wheeler, semblent s'être vendus à l'Industrie des télécoms. Beaucoup de nos élus également - mais heureusement pas tous.
    Source : https://www.activistpost.com/2018/09/us-conference-of-mayors-sue-fcc-eliminate-local-control-over-5g-small-cell-tower-infrastructure-installation.html

    votre commentaire
  • Une ville de Californie bloque l’installation de la 5G pour des risques de cancers
    Par Corentinsur 13 septembre 2018 | 0Actualités, Mobile
    https://www.presse-citron.net/?s=Corentin

    Le conseil municipal d’une petite ville de Californie, proche de San Fransisco, vient de se prononcer à l’unanimité en la faveur de l’interdiction d’installation d’antennes 5G dans les zones d’habitations pour des raisons de santé publique.
    La Silicon Valley peut être l’endroit le plus high-tech de la planète, il n’en demeure pas moins que lorsque la santé de la population est en jeu, la technologie passe au second plan. C’est exactement ce qui se passe avec la 5G, actuellement en test dans la baie de San Francisco, qui semble poser quelques problèmes aux habitants.
    Dans la petite bourgade de Mill Valley, située à quelques kilomètres au nord de San Francisco, le conseil municipal a voté à l’unanimité l’arrêt du déploiement des antennes 5G dans les quartiers résidentiels. Cette décision a été prise suite à une ordonnance d’urgence pour des raisons de santé et sécurité publique. Les antennes installées seraient potentiellement cancérigènes. Toutefois, l’ordonnance émise ne concerne pas les centres commerciaux.
    Les effets du réseau mobile sur la santé publique préoccupent
    Au total, ce sont pas moins de 145 habitants de la ville qui se sont prononcés en la faveur de cette interdiction, contre seulement 5 s’y opposant. Sachant que la ville compte 14 000 habitants, cela représente cependant seulement 1% de la population qui a voté pour stopper le déploiement de la 5G.
    Les antennes en question sont des antennes dites « small cells », ou petites cellules, sont de petite taille, et sont aussi plus économes en énergie et plus rapides à installer que les antennes 4G actuelles. Mais elles ont surtout la particularité de diminuer l’émission du rayonnement pour offrir une meilleure bande passante au détriment de la portée du signal, compensée par un maillage plus dense dans les zones à forte densité de population.
    Malgré de nombreuses suspicions d’impact néfaste des antennes téléphoniques sur l’organisme humain, l’industrie des télécommunications a toujours fait la sourde oreille sur ce potentiel risque, faute de preuves, bien que le ministère de la Santé publique de la Californie ait émis des mises en garde. Pourtant, les caractéristiques des antennes 5G décrites précédemment (bien que rien ne soit encore normé à l’heure actuelle), auraient un impact plus faible sur la santé humaine que les antennes actuelles.
    La FCC fait pression pour accélérer le déploiement de la 5G
    Mais à l’heure actuelle, habitants, associations, et même municipalités veulent limiter les dégâts en freinant (voir stoppant) le déploiement des réseaux mobiles. Le cas de la ville de Mill Valley n’est pas un cas isolé aux États-Unis, et pourrait bien compliquer le déploiement de la 5G. Compte tenu du long temps d’acceptation avant d’avoir la permission d’installer des antennes, la FCC (Commission Fédérale des Communications aux USA) fait pression pour atténuer les préoccupations médicales et accélérer le déploiement de la 5G, notamment en ayant voté en début d’année pour de nouvelles règles d’implantation des antennes.



    votre commentaire
  • La 5G, on en parle, qu'est-ce que c'est ?


    Actuellement en France, les opérateurs de téléphonie mobile finissent d'installer la 4G, et déjà on parle de la 5G.

    Pour comprendre ce qu'est la 5G, deux mots sur la 4G

    La 4G, ce sont des fréquences (pour simplifier) 800 MHz pour les zones plutôt rurales (plus grande superficie couverte par chaque antenne, meilleure pénétration à travers les obstacles), et 2600 MHz pour les zones urbaines denses où le nombre de communications simultanées est bien plus élevé, mais où en revanche il faut plus d'antennes en raison d'une portée moindre. C'est du tout-numérique. S'y rattache maintenant la gamme 700 MHz libérée par l'arrêt d'un trafic analogique sur cette gamme.
    Comme les fréquences de la 4G et de la TNT terrestre sont très proches, à certains endroits des interférences entre les deux réseaux obligent à poser des filtres afin de pallier aux désagréments posés par ces interférences. 

    Les fréquences et les antennes de la 5G

    La 5G selon nos informations (rien n'est encore normalisé) serait déployée sur des fréquences encore supérieures, soit probablement au départ, dans nos contrées, un faisceau de fréquences allant de 3400 MHz à 3800 MHz.  Comme on l'a noté pour la 4G, cela obligera à installer beaucoup plus d'antennes, en revanche le trafic pourrait se révéler sans mal bien plus intense : (auto)pilotage de voitures sans chauffeur (!) par exemple. Les ingénieurs voient loin : ils envisagent déjà de pousser ces fréquences jusqu'à 20 000 MHz, voire 30 000. Cela resterait de la 5G, car ces fréquences ont des avantages et des inconvénients bien spécifiques et assez semblables sur toute la gamme pourtant vaste.
     
















    antenne Wifi 5G pour iphone                      


    Bien plus d'antennes ? Cela pourrait signifier au moins une antenne par abribus, et bien d'autres installées sur des lampadaires ou des bâtiments peu élevés. La densification en ondes par rapport à maintenant serait énorme.Selon ce qu'on en sait, ces antennes pourraient être toutes petites, vu la taille des ondes utilisées. De la taille d'une allumette, souvent.

    Les avantages de cette nouvelle technologie

    Plus la fréquence porteuse est élevée, plus le nombre d'informations qu'elle peut véhiculer est fort. Les terminaux et téléphones mobiles utilisant ce système pourraient sans difficulté s'échanger des images, voire des vidéos très haute définition sans aucune difficulté (quoique la haute définition sur un écran de 10, voire 15 cm de diagonale puisse paraître tout-à-fait anecdotique). Le pilotage d'un véhicule à distance ou en autonomie serait également possible, même si la plupart du temps un tel concept pourrait paraître superflu, stupide et à ranger dans l'arrière-cour du Concours Lépine. On peut aussi penser à de la télé-chirurgie, utile dans des cas d'urgence. Ou à une télé-conférence qui, pour des raisons techniques particulières, aurait besoin d'un tel canal. C'est dire que l'utilité réelle et quotidienne de ce nouveau concept ne saute vraiment pas aux yeux.

    Les inconvénients engendrés nécessairement par la 5G

    Déjà des personnes ont de grosses difficultés avec les ondes telles qu'elles sont déployées partout. C'est l'échange de signaux entre tous les téléphones portables. C'est la Wifi octroyée largement dans les lieux publics, les bâtiments, les bars, même les TGV même si personne ne l'a demandé. Ce sont les instruments modernes comme le four à micro-ondes et ses fuites de fréquences bien plus importantes qu'on ne veut bien l'admettre. C'est la plaque à induction, surtout si le récipient déposé dessus est trop étroit. C'est le téléphone d'intérieur sans fil (DETC) dont la nuisance est importante. Ce sont certaines lampes, en particulier à intensité lumineuse réglable. C'est à l'extérieur, le Wimax, qui permet dans certaines zones compliquées de diffuser Internet comme une super-Wifi.

    D'un seul coup la 5G va considérablement augmenter cet enchevêtrement de fréquences, dont certaines sont pulsées (les pires) : les échanges entre les différents "compteurs" (lisez CAPTEURS) d'énergie, et les récepteurs chargés de les traiter. La 5G, en raison du nombre d'antennes (des millions), sera partout, traquera tout le monde. De très nombreuses personnes, encore épargnées, vont basculer dans l'électro-hypersensibilité.

    Pour avoir discuté avec certaines de ces personnes passées "de l'autre côté", leur vie est devenue un enfer. La moindre excursion hors d'un logement qu'elles auront protégé le mieux possible sera une véritable souffrance, malgré les sortes de burkas conductrices à fils métalliques qui leur servent de cages de Faraday mobiles elles sont très mal à l'aise pour les plus atteintes.

    Bien entendu les plus à plaindre seront les enfants : environnés dès leur plus jeune âge de ce contexte très particulier, le plus souvent avec des antennes au niveau de leur tête, ils développeront divers syndromes dont le cancer ne sera certainement pas le pire. 

    Cependant "rassurons-nous" : les normes françaises, "garanties" mais surtout élaborées par les industriels mêmes qui en bénéficient, assurent à tous que tout va bien, "foi d'animal" comme aurait ajouté La Fontaine. Ces normes, ne prenant en compte que l'aspect thermique causé par l'effet antenne du corps, sont au moins cent fois trop laxistes pour être efficaces : ce sont les plus élevées d'Europe. L'extrême inverse se rencontre dans le canton d'Innsbruck, en Autriche : mille fois moins !

    Dans l'immédiat

    En tout cas, réjouissons-nous : dans une dizaine de villes françaises comme Toulouse, Nantes, Saint Étienne, Grenoble, Lille, Lyon... un déploiement d'essai va commencer dès la rentrée de septembre 2018. Un bon laboratoire pour en cerner dans un contexte réel qualités et défauts, et tant pis pour ceux qui ne supporteront pas : un peu de paracétamol, et au revoir !

    (il s'agit là d'une ébauche de dossier sur la question, à partir des données déjà disponibles ; il faut se souvenir que les normes ne sont pas encore précisément établies : quiconque aura des informations complémentaires sera le bienvenu).
    JC


    NB — Notre ami Patrice Goyaud nous ajoute ces précisions pas vraiment réjouissantes :
    Au niveau mondial, le programme One Web prévoit, lui, 648 satellites émettant depuis des orbites à 1200 km. Ces satellites communiqueraient avec des antennes en point haut, celles-ci communicant avec des antennes plus locales et bien plus nombreuses. Cela veut dire qu'il n'y aura plus aucun moyen d'échapper à une pollution électromagnétique de grande ampleur, ni urbaine, ni rurale. Au vu de l'augmentation du nombre de personnes se déclarant Electro Hypersensibles, on voit ce que l'avenir nous réserve !
    C'est aussi un outil de surveillance de masse (futur réseau de caméras de surveillance avec système de reconnaissance facial!


    NNB — Nos amis de Théza (Pyrénées Orientales) et d'Artigues (Gironde) nous rappellent également une donnée importante : pour que les ondes de la 5G passent bien, pour que "tous puissent en profiter"  copieusement, en beaucoup d'endroits des arbres sont sacrifiés en série, voire en masse.  C'est dire jusqu'où va la malice humaine. Bientôt il ne restera plus que des humains, seuls... 

     



    4 commentaires